réalité ou illusions perdues ?

13 août 2012

Quand les traders livrent leurs secrets dans un but caritatif

Quand les traders livrent leurs secrets dans un but caritatif

 

Un site internet romand permet de s’initier à la spéculation en suivant en direct les opérations de professionnels. Les bénéfices sont redistribués à des associations.

Bilan - Par Myret Zaki, le 4 juillet 2012

«Suivez les opérations spéculatives des traders en temps réel», peut-on lire sur le site en-trade.ch. Une proposition plutôt inhabituelle, rarement offerte aux non-initiés de la finance, et, qui plus est, pour une somme assez modique. Le concept, tout à fait original et imaginé par des Suisses romands, vient d’ouvrir en juillet, et se destine tant aux profanes qu’aux traders. Sa double innovation: former les investisseurs privés à la gestion «de la partie spéculative de leur portefeuille» d’une part, et redistribuer les bénéfices récoltés par le site à des associations caritatives d’aide à l’enfance d’autre part. D’où l’appellation en-trade, qui joue sur le mot «entraide».

Projet «entraide» : http://www.en-trade.ch/

 

Des professionnels reconnus

A l’origine de l’idée, des professionnels de la finance atypiques, un brin idéalistes mais néanmoins très crédibles et talentueux sur les marchés. Thierry Crétin, gestionnaire de fortune basé dans le Jura, est l’initiateur du projet. Imaginant un site qui puisse former les internautes sans expérience au trading, tout en consacrant les bénéfices à l’aide à l’enfance, il a fondé la société D’une Rive à l’Autre pour déposer la marque www.en-trade.ch. Puis il a regroupé des traders reconnus, disposés à aider les investisseurs qui ont choisi de gérer eux-mêmes la partie risquée de leur portefeuille. Thomas Veillet, auteur du célèbre blog boursier de la Tribune de Genève, «Morningbull», fait partie de l’équipe, ainsi que Raphaël Prongué, auteur du «Trader masqué», les tuyaux boursiers judicieux que connaissent bien et apprécient les lecteurs de Bilan. D’autres professionnels engagés dans le projet préfèrent conserver l’anonymat, car ils sont actuellement employés par des banques. Tous offrent leurs compétences à titre bénévole. «Nous avons la chance de faire un métier où nous gagnons relativement bien notre vie, constate Thomas Veillet; aussi, lorsqu’ils m’ont contacté, je n’ai pas hésité une seconde. Pour une fois que nous pouvons prouver que notre métier peut s’inscrire dans une action belle et positive, je trouve intéressant et normal de donner de mon temps dans ce but.» Thomas Veillet fait partie des traders qui se sont mis à disposition pour donner des séances de formation. Lui et les autres membres de l’équipe s’engagent à dispenser cette formation par le biais de cours adaptés ainsi qu’à communiquer en direct les opérations spéculatives qu’ils effectuent.

 

Une sorte de «taxe Tobin»?

Comment fonctionne concrètement le site en-trade.ch? On souscrit un abonnement et l’on peut alors suivre, en temps réel, comment ces professionnels achètent et vendent des actions, options, devises, etc. Des commentaires sont disponibles sur le site pour informer l’abonné sur les risques liés à chaque type d’opération. La société de Thierry Crétin, D’Une Rive à l’Autre, tirera donc l’essentiel de ses profits des abonnements et en reversera une large part aux associations actives dans les domaines de l’éducation, du logement, des loisirs et des soins pour enfants. Une sorte de «taxe Tobin»? C’est bien l’idée que nourrissait l’initiateur du projet: «Nombre de gouvernements ont parlé de taxer les transactions financières, mais aucune mesure concrète n’a été mise en place, observe Thierry Crétin. D’Une Rive à l’Autre emploie avec pragmatisme l’outil de la spéculation pour aider les enfants par le biais d’associations à but non lucratif.» Démocratiser le trading était, aussi, une motivation importante pour les professionnels des marchés engagés dans ce projet. Se côtoyant depuis quelque temps, ils ont fait le constat suivant, lors de leurs discussions: beaucoup de particuliers ouvrent un compte auprès d’un broker ou d’une banque en ligne et essaient de faire fructifier la partie risquée de leur portefeuille. Ils gagnent parfois de l’argent mais souvent en perdent, faute d’expérience dans les stratégies de trading. Au final, ils se découragent ou n’ont pas assez de temps pour se renseigner comme il le faudrait et finissent par fermer leur compte. «Il y a un manque de formation dans le domaine de la spéculation actuellement et nous cherchons à combler ce manque, explique Raphaël Prongué, tout en sensibilisant à chaque instant nos abonnés au niveau de risque de cette partie du portefeuille. Comprendre ce que l’on fait ainsi que le risque associé à chaque type de transaction est la clé de la réussite.»

1re étape  Se connecter à en-trade.ch

2ème étape Souscrire un abonnement (choisir sa catégorie: risque faible, modéré ou élevé).

3ème étape Accéder aux transactions des traders.

4ème étape Cliquer régulièrement sur les alertes pour suivre l’évolution des ordres et lire les commentaires.

 

Trois profils de risque

Il n’y a pas de conditions pour s’abonner à en-trade.ch. Le volet principal de la formation, pour les inscrits, est d’apprendre par l’exemple. Ils regardent au quotidien les traders effectuer leurs opérations en direct, acquièrent ainsi de l’expérience et aussi de la confiance pour aborder le trading. Le nombre d’opérations par jour proposé par le site restera modeste, et les opérations se veulent simples et compréhensibles. En-trade.ch propose trois types d’abonnements, selon le profil de risque. Pour le client qui souhaite un risque faible, l’abonnement s’élève à 40 francs par mois et permet d’avoir accès à des opérations sur des titres peu volatils tels que le fixed income (obligations convertibles…). Pour se former sur une prise de risque moyenne, on souscrit un abonnement de 60 francs, qui ajoute les opérations sur actions, matières premières, etc. Enfin, pour qui veut des opérations à haut risque, l’abonnement à 80 francs est de rigueur. Il permet d’ajouter les opérations impliquant des options et dérivés. Pour 10 francs par mois, l’abonné reçoit un SMS qui l’avertit qu’une alerte a été publiée concernant le(s) trader(s) qu’il suit. Un abonnement de six mois reçoit un mois gratuit, et un abonnement d’un an reçoit deux mois gratuits. Les transactions pourront porter non seulement sur des actions, des dérivés et des structurés, mais aussi sur des métaux ou des devises. L’internaute choisit les traders qu’il veut suivre et peut alors répliquer les opérations pour son propre compte. Toutefois, il est important de souligner qu’en-trade.ch n’est pas une plate-forme de trading et que le site ne prend aucune responsabilité pour les décisions de placement de ses abonnés, qui devront utiliser des plates-formes de négoce existantes pour passer d’éventuels ordres de bourse. «Le site est uniquement destiné à des fins de formation, soulignent Thierry Crétin et Raphaël Prongué. Nous ne visons pas à accueillir sur le site des transactions boursières, mais à offrir un outil accessible pour que les gens comprennent les méthodes des traders et sachent mieux gérer la partie risquée de leurs avoirs.»

 

Voir la finance autrement

Pour répondre à ce besoin d’éducation, les abonnés d’en-trade se verront aussi proposer des formations traditionnelles sur internet (sur le site www.une-rive.ch) et à l’aide d’informations par téléphone que prodigueront certains de ces professionnels. Le site lancera, dès le mois d’août, un numéro 0800 sur lequel Thomas Veillet offrira un commentaire boursier vocal. Là aussi, les bénéfices générés par les appels seront reversés aux associations. Au final, l’apprenti trader pourra mieux comprendre les différents produits existant sur le marché, leur niveau de risque, comment vendre une position, à quel moment couper sa position, comment gérer un stop-loss, et ainsi démystifier quelque peu cet univers complexe, souvent hermétique et intimidant. En plus de professionnels de la finance, D’Une Rive à l’Autre regroupe des personnes uniquement intéressées par le domaine de l’enfance. Ces personnes sont en charge de tisser des liens avec le monde associatif et d’évaluer comment redistribuer, de la manière la plus optimale, la part des bénéfices alloués. Ces derniers seront versés, dans la mesure du possible, dans le canton où résident les abonnés. Les promoteurs d’en-trade prévoient d’ouvrir prochainement un site similaire en Suisse alémanique, où il n’existe pas encore pareil concept. Ces traders d’un genre nouveau réussiront peut-être, avec cette initiative innovante, à tordre le cou à l’image désespérément vénale qui colle à la peau de leur profession: «Tous les professionnels de la finance ne roulent pas en Ferrari et ne font pas des transactions inconsidérées qui font perdre des milliards aux collectivités!», lance Raphaël Prongué.

Posté par bat_so à 10:24 - Société - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire