réalité ou illusions perdues ?

15 décembre 2011

Le hedge fund BlueCrest déclare que la plupart des banques de Euro sont insolvables

Founder Of $30 Billion Hedge Fund BlueCrest Says Most Euro Banks Are Insolvent; Euro Situation Much "Worse Than 2008"

zerohedge.com Submitted by Tyler Durden on 12/15/2011 12:22

The Founder of one of the world's largest asset managers, the $30 billion hedge fund BlueCrest, Michael Platt, spoke to Bloomberg TV and cut right to the chase, saying most of the banks in Europe are insolvent and the situation in the region is "completely unstable." On how he approaches market risk: ""I do not take any exposure to banks at all if I can avoid it.  All the money at BlueCrest Capital Management is in Two-Year U.S. government debt, Two-Year German debt, we have segregated accounts with all of our counterparties.  We are absolutely concerned about the credit quality of the counterparties." On investing in illiquid assets, Platt said he "would not touch them with a barge pole" and that "the major opportunities will come post-blowout." Something tells us Russia and China know this all too well, and realize that the best time to "invest" in Europe is after the single (or multiple) bankruptcy. Which incidentally, as Kyle Bass said yesterday, after the "blowout" is when the ECB will finally step in as well, at which point the entire world will go all in on that now infamous 2-7 offsuit. And his view on how that bluff will end: 'In my opinion, what's going on now is significantly worse than 2008."

Platt on Europe's sovereign debt crisis:

"The level of concern of what we have about what is going on in Europe is absolutely huge.  When you evidence all over the markets that they are pricing for the potential of the eurozone break up, it is contrary to what everything is set by policy makers and by central bankers. We distill it down essential fact that we continue to focus on at BlueCrest Capital Management - if you look at the debt of Italy at 120% of GDP, which is increasing at a real rate of 5%, and if you look at the GDP, which now is forecast next year to be declining, arithmetically their debt is going to blow up.  And we don't see anything happening at the policy level that gives us any indication that there's anything that's going to convert this situation from where it is now to a much more substantial and real crisis in the future."

On whether a blow up of Italy will force a breakup of the Eurozone:

"We need much more radical measures to prevent this from happening.  If Italy and Spain are forced to roll their debt over, if they have to pay rates between 5 and 7% for this, then the situation in Europe is unsustainable.  We're not going to have any euro bonds, we're not going to have a full political and fiscal union where the transfers will take place.  It seems what we're going to have is an attempt to control the European situation through continued austerity, which is pro-cyclical.  As the economy slows down, we end up with more austerity which creates more slowdown.  We also have a requirement for banks to increase capital, therefore we're looking at a 3 trillion euro takedown in European balance sheets.  There's basically nowhere I can see where we can get any growth from."

On whether cultural and political divides between nations in Europe have played a role in the crisis:

"Absolutely, it's about the cultural and political divide.  The reality is that there is no willingness within the Eurozone to share wealth.  In the United States, if California is having a really difficult time, the rest of the United States will send money to California.  This is not the case in Europe.  There is no willingness to transfer money across boundaries in a long-term and sustainable way."

"The market prices the probability of a euro breakup to be distinctly non-zero, despite what the politicians say.  I believe that the eventuality of a European breakup is so awful, that more and more drastic measures will take place as time goes by.  The ECB is probably the only institution that can tackle this problem, but it doesn't have a mandate to do so…As time goes by, my view of what's required is a radical change of policy from the ECB to tackle this problem."

More on Europe's problems:

"The probability that the market is putting on a Eurozone breakup, in my opinion from evidence I'm seeing from option pricing across the different markets, is steadily rising…We're going into 2012, and in our opinion, it's only going to get worse."

"There is a sensible argument you should not price and the whole loan in response to where the government trades because the government has the ability to remove assets and put them on their own balance sheets."

"The problem with Europe is that almost every part of it has gone wrong now.  The banks are undercapitalized…If banks were hedge funds, and you mark them to market properly, I would say that probably most of them are insolvent.  [Most of the banks in Europe are insolvent right now] if they were marked like I am at a hedge fund, yes."

On whether BlueCrest's relationship with banks has changed:

"I do not take any exposure to banks at all if I can avoid it.  All the money at BlueCrest Capital Management is in Two-Year U.S. government debt, Two-Year German debt, we have segregated accounts with all of our counterparties.  We are absolutely concerned about the credit quality of the counterparties."

On whether he's afraid of taking risk right now:

"Absolutely.  The main thing that's driving our decision about where to lend money or where to place our funds under management, the vast majority is dollars which we keep in two-year notes.  We have a chunk of euros, which we keep in German two-year paper.  We're not interested in taking any peripheral debt risk at all and we're not interested in taking any bank credit risk right now."

On the United States and Germany:

"I think they're the best of the bunch.  I feel pretty good about the United States.  I don't really have an issue because I think the complete control that the authorities have, particularly the Fed and its bond buying program, we do not have issues about having money in Two-Year securities in the United States.  In Europe, you've got to put your euros somewhere.  It is a much more difficult place to make a decision.  Two-year German notes seem like a reasonably safe bet right now, certainly compared to anything else."

On making money in a crisis:

"The most important thing to remember about crises is you do not make your money going into the crisis.  When you go into a crisis such as 2008, markets trade against positions. People have positions on and people need to get risk off.  All the things that people thought were a good idea start going into reverse.  The big money you make in trading is more in the aftermath of the crisis.  In 2009 we made 60% with no down months on our master fund."

On whether BlueCrest is looking at illiquid investments:

"I would not touch an illiquid product with a barge pole, to be honest. We're going into an environment where banks need to delever.  Illiquid assets will be coming on to the streets everywhere.  The price of liquidity in my opinion will go up.  I don't want to own any illiquid assets whatsoever. The strategy at BlueCrest is to be in super liquid products, things that can be turned around in a day."

"It would have been the end of my business in 2008 had I done such a thing.  Anyone who had an illiquid position within their hedge funds, there were runs on those hedge funds because people wanted to get the cash out and not be side pocketed with the illiquids.  In 2008 I paid out $9.5 billion to the street because I was the only hedge fund that was up a lot and completely liquid.

On whether we'll see a repeat of the 2008 credit crunch and whether those that hold illiquid assets will get crushed:

"That's what I think, yes.  I think so.  In my opinion, what's going on now is significantly worse than 2008…The European debt situation is fundamentally completely unstable.  The process of refinancing your debt with a real rate of 5 when you have negative GDP growth, and we are heading into a recession in Europe, arithmetically can turn all of the countries in Europe, given enough time, into Greece."

On how closely tied America's futures and the potential for investment are to Europe's debt crisis:

"Clearly it would be a huge drag on the U.S. economy.  We're talking about in Europe is a situation of instability driven by pro cyclical policy, removing the ability of banks to invest in sovereign debt.  We're talking about pro-cyclical policy of governments not being able to deficit spend by law. We're talking about existing deficits that need to be closed. We're talking about an increase in the amounts that governments will have to find when they're
Forced to refinance their rolling over paper this year at real rates of interest, which are way beyond anything they will ever be able to achieve in terms of growth."

On how BlueCrest continues to make money through the slowdown:

"Because we are traders and do not take any credit risk and we're super liquid.  In the time that BlueCrest has been around, we have made $17 billion of trading profits for our investors…so in an environment like this where we are a very secure trading strategy, taking no credit risk, not buying anything illiquid, that is the kind of thing investors frankly really want to hear from someone like me."

On where he's seeing investment opportunities:

"I think the major opportunities will come post the blow up.  I think for the time being you want to keep it quite simple.  You do not want to take any credit risk.  I think volatility in certain markets is very underpriced compared to what's potentially about to happen.  I think if we go into a crisis scenario, things like German bunds could be more expensive than they are right now.  And I think as the crisis intensifies through the process of governments refinancing and deficits becoming more unstable and growth deteriorating in particular, I think those kinds of trades will play out in the market and be profitable."

On moving BlueCrest from London to Geneva:

"I did not really want to be exposed to the Eurozone. I don’t want to be exposed to regulation coming out of the Eurozone.  Most of my clients come from the United States.  I am not really marketing to the Eurozone anyway.  So it didn't make much sense for me to be in the Eurozone as a business."

Video : bloomberg.com 


Désolé pour la traduction google


 Fondateur de 30 milliards le hedge fund BlueCrest déclare déclare que la plupart des banques de Euro sont insolvables; Situation euro beaucoup plus "pire que 2008"

Soumis par Tyler Durden le 15/12/2011 12:22

Le fondateur de l'un des gestionnaires le plus important actif du monde, le BlueCrest 30 milliards de dollars de fonds de couverture, Michael Platt, a parlé à Bloomberg TV et bonne coupe à la chasse, affirmant que la plupart des banques en Europe sont insolvables et la situation dans la région est «complètement instable "Sur la façon dont il aborde le risque de marché:". "Je ne prends pas toute exposition à des banques à tous, si je peux l'éviter Tout l'argent au BlueCrest Capital Management est en deux ans la dette du gouvernement américain, de deux ans la dette allemande,. nous avons des comptes séparés avec tous nos contreparties. Nous sommes absolument préoccupé par la qualité du crédit des contreparties. "Sur l'investissement dans des actifs illiquides, Platt a dit qu'il" ne serait pas les toucher avec une perche de péniche "et que" les grandes opportunités viendront l'après-éruption. "Quelque chose nous dit la Russie et la Chine le savent que trop bien, et réaliser que le meilleur moment pour «investir» dans l'Europe est après le seul (ou plusieurs) à la faillite. qui, incidemment, comme Kyle Basse dit hier, après la "éruption", c'est quand la BCE va finalement pas en tant que bien, à quel point le monde entier vont tous dans ce désormais tristement célèbre 2-7 dépareillé et sa vision sur la façon dont bluff fin:. "À mon avis, ce qui se passe aujourd'hui est bien pire que 2008».

Platt sur la crise de l'Europe de dette souveraine:

"Le niveau de préoccupation de ce que nous avons sur ce qui se passe en Europe est absolument énorme. Lorsque vous preuves partout dans les marchés qu'ils sont les prix pour le potentiel de la zone euro se briser, il est contrairement à ce que tout est réglé par la politique . décideurs et par les banquiers centraux, nous distillent qu'il fait bas essentiel que nous continuions de mettre l'accent sur la gestion au BlueCrest Capital - si vous regardez la dette de l'Italie à 120% du PIB, ce qui augmente à un taux réel de 5%, et si les vous regardez le PIB, qui est maintenant prévu l'an prochain pour être en déclin, arithmétiquement leur dette va exploser. Et nous ne voyons rien se passe au niveau politique que nous donne aucune indication qu'il ya quelque chose qui va transformer cette la situation d'où il est maintenant à une crise beaucoup plus substantiels et réels dans l'avenir. "

Quant à savoir si un coup de force de l'Italie sera une rupture de la zone euro:

"Nous avons besoin de mesures beaucoup plus radicales pour empêcher que cela se passe. Si l'Italie et l'Espagne sont obligés de rouler leur dette au cours, si elles doivent payer des taux compris entre 5 et 7% pour cela, alors la situation en Europe est insoutenable. Nous sommes ne va pas avoir une euro-obligations, nous n'allons pas avoir une pleine union politique et fiscale où les transferts auront lieu. Il semble ce que nous allons avoir est une tentative de contrôler la situation européenne par le biais d'austérité ont continué, ce qui est pro-cyclique. Comme l'économie ralentit, nous nous retrouvons avec plus d'austérité qui crée plus de ralentissement. Nous avons aussi une exigence pour les banques à augmenter le capital, donc nous cherchons à un takedown € 3000000000000 dans les bilans européens. Il essentiellement nulle part je peux voir où nous pouvons obtenir une croissance de. "

Quant à savoir si culturel et politique divise entre les nations d'Europe ont joué un rôle dans la crise:

"Absolument, il s'agit de la fracture culturelle et politique. La réalité est qu'il n'ya aucune volonté au sein de l'Eurozone à partager la richesse. Aux Etats-Unis, si la Californie est d'avoir un temps vraiment difficiles, le reste des Etats-Unis enverront de l'argent pour Californie. Ce n'est pas le cas en Europe. Il n'ya pas de volonté de transférer de l'argent à travers les frontières d'une manière à long terme et durable. "

"Les prix du marché, la probabilité d'une rupture d'euros pour être nettement différente de zéro, malgré ce que disent les politiciens. Je crois que l'éventualité d'une rupture européenne est si affreuse, que des mesures plus drastiques et plus aura lieu au fil du temps. La BCE est probablement la seule institution qui peut s'attaquer à ce problème, mais il n'a pas de mandat pour le faire ... Comme le temps passe, ma vision de ce qu'il faut, c'est un changement radical de la politique de la BCE pour s'attaquer à ce problème. "

Plus sur les problèmes de l'Europe:

"La probabilité que le marché est mise sur une rupture Eurozone, à mon avis à partir de preuves que je vois à partir du prix des options entre les différents marchés, est en hausse constante ... Nous allons en 2012, et à notre avis, il va seulement s'aggravent. "

«Il ya un argument sensé vous ne devriez pas les prix et la totalité du prêt en réponse à l'endroit où le gouvernement métiers parce que le gouvernement a la capacité d'enlever les actifs et les mettre sur leur propre bilan."

"Le problème avec l'Europe, c'est que presque toutes les parties de celui-ci a mal tourné aujourd'hui. Les banques sont sous-capitalisées ... Si les banques ont été les hedge funds, et que vous les marquer sur le marché correctement, je dirais que probablement la plupart d'eux sont insolvables. Plupart [des les banques en Europe sont insolvables dès maintenant] si elles ont été marquées, comme je suis à un hedge fund, oui. "

Quant à savoir si la relation avec les banques BlueCrest a changé:

«Je ne prends pas toute exposition à des banques à tous, si je peux l'éviter. Tout l'argent au BlueCrest Capital Management est en deux ans la dette du gouvernement américain, de deux ans la dette allemande, nous avons des comptes séparés avec tous nos contreparties. Nous sont absolument préoccupé par la qualité du crédit des contreparties. "

Quant à savoir si il a peur de prendre des risques en ce moment:

"Absolument. La principale chose que de conduire notre décision sur l'endroit où à prêter de l'argent ou l'endroit où placer nos fonds sous gestion, la grande majorité est de dollars qui nous gardons en deux ans des notes. Nous avons un gros morceau d'euros, dont nous gardons en allemand deux ans en papier. Nous ne sommes pas intéressés à prendre tout risque de dette périphériques à tous et nous ne sommes pas intéressés à prendre aucun risque crédit bancaire en ce moment. "

Sur les Etats-Unis et l'Allemagne:

"Je pense qu'ils sont les meilleurs du peloton. Je me sens assez bien sur les États-Unis. Je n'ai pas vraiment eu un problème parce que je pense que le contrôle complet que les autorités ont, en particulier la Fed et son programme d'achat des obligations, nous n'ont pas de problèmes d'avoir de l'argent dans deux ans valeurs mobilières aux Etats-Unis. En Europe, vous avez à mettre vos euros quelque part. C'est un lieu beaucoup plus difficile de prendre une décision. Deux années notes allemandes sembler une parier raisonnablement sûre en ce moment, certainement par rapport à toute autre chose. "

En faisant de l'argent dans une crise:

"La chose la plus importante à retenir à propos des crises est que vous ne faites pas votre argent va dans la crise. Quand vous allez dans une crise comme 2008, le commerce des marchés contre des positions. Les gens ont des positions et des gens ont besoin pour obtenir de risque hors tension. Tous les choses que les gens croyaient un début bonne idée va en marche arrière. Le grand argent que vous faites dans la négociation est plus dans la foulée de la crise. En 2009, nous avons fait 60% sans aucune mois plus sur nos fonds maître. "

Quant à savoir si BlueCrest se penche sur investissements illiquides:

"Je ne toucherais pas à un produit non liquide avec une perche barge, pour être honnête. Nous allons dans un environnement où banques doivent delever. Actifs illiquides va venir dans les rues partout. Le prix de liquidités, à mon avis va en place. Je ne veux pas de posséder toute actifs illiquides que ce soit. La stratégie à BlueCrest est d'être en super produits liquides, des choses qui peut être tourné en une journée ».

"Il aurait été la fin de mon entreprise en 2008 j'avais fait une telle chose. Quiconque avait une position illiquides dans leurs fonds de couverture, il y avait ceux qui fonctionne sur les hedge funds parce que les gens voulaient obtenir l'argent et ne pas être hors secondaires empoché avec le illiquids. En 2008, j'ai payé 9,5 milliards de dollars à la rue parce que j'étais la seule de hedge funds qui a été une grande et totalement liquide.

Quant à savoir si on verra une répétition de la crise du crédit de 2008 et si ceux qui tiennent des actifs illiquides se faire écraser:

"C'est ce que je pense, oui. Je pense que oui. A mon avis, ce qui se passe aujourd'hui est bien pire que 2008 ... La situation de la dette européenne est fondamentalement totalement instables. Le processus de refinancement de votre dette avec un taux réel de 5 lorsque vous avez croissance négative du PIB, et nous nous dirigeons vers une récession en Europe, arithmétiquement peut transformer l'ensemble des pays en Europe, étant donné assez de temps, en Grèce. "

Sur combien étroitement liée à terme de l'Amérique et le potentiel d'investissement sont à la crise de la dette de l'Europe:

«Il est clair que ce serait un frein énorme sur l'économie américaine. Nous parlons de l'Europe est une situation d'instabilité politique cyclique conduit par pro, supprimant la capacité des banques à investir dans la dette souveraine. Nous parlons de pro-cyclique politique des gouvernements de ne pas pouvoir passer du déficit par la loi. Nous parlons de déficits existants qui doivent être fermés. Nous parlons d'une augmentation des montants que les gouvernements devront trouver quand ils sont
Forcé à refinancer leur rouler sur le papier cette année à des taux d'intérêt réels, qui dépassent de loin tout ce qu'ils seront jamais en mesure d'atteindre en termes de croissance. "

Sur combien BlueCrest continue à faire l'argent par le ralentissement:

«Parce que nous sommes des commerçants et ne prendre aucun risque de crédit et nous sommes liquides super. Dans le temps que BlueCrest a été autour, nous avons fait 17 milliards de dollars de bénéfices commerciaux pour nos investisseurs ... alors dans un environnement comme celui-ci où nous sommes un stratégie de négociation très sûr, ne prenant aucun risque de crédit, ne pas acheter n'importe quoi illiquides, qui est le type d'investisseurs chose franchement vraiment envie d'entendre quelqu'un comme moi. "

Sur l'endroit où il voit des opportunités d'investissement:

"Je pense que les grandes opportunités viendront après l'éclatement. Je pense que pour l'heure que vous voulez le garder assez simple. Vous ne voulez pas prendre le moindre risque de crédit. Je pense que la volatilité sur certains marchés est très sous-évalué par rapport à ce qui est potentiellement va se passer. Je pense que si nous entrons dans un scénario de crise, des choses comme les diguettes allemande pourrait être plus coûteux qu'ils ne le sont actuellement. Et je pense que la crise s'intensifie à travers le processus de refinancement des gouvernements et des déficits de plus en plus instable et la croissance se détériorer dans particulier, je pense que ces sortes de métiers va se jouer dans le marché et être rentable. "

Le mouvement BlueCrest de Londres à Genève:

«Je n'ai pas vraiment envie d'être exposés à la zone euro. Je ne veux pas être exposés à la réglementation sortir de la zone euro. La plupart de mes clients proviennent des États-Unis. Je ne suis pas vraiment de marketing pour la zone euro de toute façon. Alors il n'a pas beaucoup de sens pour moi d'être dans la zone euro comme une entreprise. "



Commentaires

Poster un commentaire